mercredi, octobre 20, 2021
Google search engine
HomeDocument de référenceLe plan CARICOM en dix points pour la justice réparatrice

Le plan CARICOM en dix points pour la justice réparatrice

Ceci est une traduction de la LDNA au bénéfice des francophones

La Commission de la CARICOM Reparations (CRC) affirme que les gouvernements européens

  • · Étaient propriétaires et commerçants d’esclaves africains.
  • · Instruit actions génocidaires sur les communautés autochtones.
  • · Créer les politiques juridiques, financières et fiscales nécessaires à l’asservissement des Africains.

Définies et appliquées en esclavage africain et le génocide indigène que dans leurs « intérêts nationaux ». 
Refusé compensation à la fin de la esclave de leur asservissement. 
Propriétaires d’esclaves à l’ émancipation de indemnisées de la perte des droits de propriété juridiques Africains réduits en esclavage. 
Imposé encore cent ans d’apartheid racial sur la émancipé. 
Imposé pour un cent ans des politiques visant à perpétuer la souffrance sur les émancipés et les survivants du génocide. 
Et ont refusé de reconnaître ces crimes ou d’indemniser les victimes et leurs descendants.

Le contexte

Le CRC est engagé dans le processus de réconciliation nationale internationale. Les victimes et leurs descendants ont le devoir d’appeler la justice réparatrice. 

Leur appel à la justice est la base de la fermeture , ils cherchent à les terribles tragédies qui a déferlé sur l’ humanité au cours de la modernité. Le CRC se met en place des deux générations après le processus d’indépendance nationale, et trouve la domination coloniale européenne comme une partie persistante de la vie des Caraïbes. 

Le CRC fonctionne dans le contexte d’opposition persistante des gouvernements européens à son mandat. 

Le CRC, néanmoins, est optimiste que le programme de justice CARICOM réparatrice (CRJP) seront acceptés comme un chemin nécessaire pour progresser.

Le CRC voit la persistance victimisation raciale des descendants de l’ esclavage et le génocide comme la cause de leur souffrance aujourd’hui. 

Le CRC reconnaît que le préjudice persistant et souffrances subies aujourd’hui par ces victimes comme la principale cause de l’ échec du développement dans les Caraïbes. 

Elle appelle les gouvernements européens à participer au CRJP en vue de préparer ces victimes et les personnes souffrant d’admission complète avec dignité dans l’ ensemble des citoyens de la communauté mondiale. Le CRC ici décrit le chemin de la réconciliation, la vérité et la justice pour VICTIMES ET LEURS DESCENDANTS.

 
1. COMPLET FORMELLE DES EXCUSES

Le processus de guérison pour les victimes et les descendants des esclaves et esclavagistes exige comme condition préalable l’offre d’excuses formelles sincères par les gouvernements de l’ Europe. Certains gouvernements en refusant de présenter des excuses ont publié des déclarations en place Regrets. 

Ces déclarations ne reconnaissent pas que les crimes ont été commis et représentent un refus d’assumer la responsabilité de ces crimes. Des déclarations de regrets représentent, en outre, une réponse répréhensible à l’appel d’excuses en ce sens qu’ils donnent à penser que les victimes et leurs descendants ne sont pas dignes d’excuses. Seulement des excuses formelles explicites suffit dans le contexte de la CRJP.
 

2. RAPATRIEMENT

Plus de 10 millions d’ Africains ont été volés à leur domicile et transportés avec force dans les Caraïbes en tant que réduits en esclavage et la propriété chattel des Européens. Le commerce transatlantique des esclaves est la plus grande migration forcée dans l’ histoire humaine et n’a pas d’ équivalent en termes de l’inhumanité de l’ homme à l’ homme. 

Ce commerce des organes est une entreprise enchaînées commerciale très réussie pour les nations de l’ Europe. La vie de millions d’hommes, de femmes et d’ enfants ont été détruits à la recherche du profit. Les descendants de ces personnes volées ont légalement le droit de retourner dans leur pays d’ origine.

Un programme de rapatriement doit être mis en place et tous les moyens de droit international et de la diplomatie utilisée pour reloger les personnes qui souhaitent revenir. Un programme de réinstallation devrait aborder des questions telles que la citoyenneté et de déployer les meilleures pratiques disponibles en matière de réinsertion communautaire.
 

3. PEUPLES INDIGENES DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT

Les gouvernements européens ont commis un génocide sur la population des Caraïbes indigènes. Les commandants militaires ont reçu des instructions officielles par leurs gouvernements pour éliminer ces communautés et de supprimer ceux qui survivent pogromes de la région. 

Génocide et l’ appropriation des terres a la main dans la main. Une communauté de plus de 3.000.000 en 1700 a été réduite à moins de 30 000 en 2000. Les survivants restent traumatisées, sans terre, et sont le groupe social le plus marginalisés dans la région. 

L’Université des Antilles offre une bourse des peuples autochtones dans un effort désespéré de réadaptation. Il est malheureusement insuffisant. Un plan de développement est nécessaire pour réhabiliter cette communauté.
 

4. INSTITUTIONS CULTURELLES

Les nations européennes ont investi dans le développement des institutions communautaires telles que les musées et les centres de recherche afin de préparer leurs citoyens pour comprendre ces CAH. 

Ces installations servent à renforcer dans la conscience de leurs citoyens une compréhension de leur rôle dans l’ histoire comme les dirigeants et agents de changement. 

Il n’y a pas de telles institutions dans les Caraïbes où le CAH ont été commis. Des Caraïbes et maîtres d’ école chercheurs n’ont pas la même occasion. 

Les descendants de ces CAH continuent de souffrir le mépris de ne pas avoir des systèmes institutionnels pertinents par lesquels leur expérience peuvent être racontées scientifiquement. Cette crise doit être dans le recours CRJP.
 

5. CRISE DE LA SANTÉ PUBLIQUE

La population africaine est descendu dans les Caraïbes la plus forte incidence dans le monde des maladies chroniques dans les formes de l’ hypertension et le diabète de type deux. 

Cette pandémie est le résultat direct de l’expérience nutritionnelle, la brutalité physique et émotionnelle, et les profils de stress globaux associés à l’ esclavage, le génocide et l’ apartheid. Plus de 10 millions d’ Africains ont été importés dans les Caraïbes au cours des 400 années d’esclavage. 

A la fin de l’ esclavage à la fin du 19ème siècle à moins de 2 millions sont restés. L’état de santé chronique des Noirs des Caraïbes constitue aujourd’hui le plus grand risque financier pour le développement durable dans la région. Arresting cette pandémie nécessite l’injection de la science, la technologie et le capital au – delà de la capacité de la région.

L’Europe a la responsabilité de participer à la réduction de cette catastrophe de santé. Les adresses CRJP cette question et demande aux gouvernements de l’Europe à assumer la responsabilité de cet héritage humain tragique de l’esclavage et de la colonisation.
 

6. ANALPHABETISME ERADICATION

A la fin de la période coloniale européenne dans la plupart des régions des Caraïbes, les Britanniques en particulier a quitté les communautés noires et autochtones dans un état général de l’ analphabétisme. Environ 70 pour cent des Noirs dans les colonies britanniques étaient analphabètes dans les années 1960 , lorsque les États-nations ont commencé à apparaître. 

La Jamaïque, la plus grande telle communauté, a accueilli le plus grand nombre de ces citoyens. L’ analphabétisme généralisé a subverti les efforts de développement de ces États-nations et représente un frein à la promotion sociale et économique. 

Les gouvernements des Caraïbes consacrent plus de 70 pour cent des dépenses publiques pour la santé et l’ éducation dans un effort pour déraciner l’héritage de l’ esclavage et de la colonisation. Les gouvernements européens ont la responsabilité de participer à cet effort dans le cadre de la CRJP.
 

7. PROGRAMME DE CONNAISSANCES EN AFRIQUE

La séparation forcée des Africains de leur pays d’ origine a donné lieu à l’ aliénation culturelle et sociale de l’ identité et de l’ appartenance existentielle. Vu refuser le droit dans le droit à la vie, et divorcé par l’ espace de la source de soi historique, les Africains ont imploré le droit de retour et de la connaissance de la route aux racines. 

Un programme d’action est nécessaire pour construire des « ponts d’appartenance ». De tels projets que les échanges scolaires et des visites culturelles, des programmes artistiques communautaires et de performance, les engagements d’ entreprise et religieuses, ainsi que l’ interaction politique, sont nécessaires afin de neutraliser le vide créé par les voyages d’esclaves. 

Ces actions serviront à construire des réseaux de connaissances qui sont nécessaires pour la réhabilitation communautaire.
 

8. REHABILITATION PSYCHOLOGIQUE

Pour plus de 400 ans Africains et leurs descendants ont été classés dans la loi comme non humaine, biens meubles, des biens et des biens immobiliers. On leur a refusé la reconnaissance en tant que membres de la famille humaine par des lois dérivées des parlements et des palais de l’ Europe. 

Cette histoire a infligé un traumatisme psychologique énorme sur les populations de descendants africains. Ce bien est évident tous les jours dans les Caraïbes. 

Seule une approche de la justice réparatrice à la vérité et l’ exposition éducative peut commencer le processus de guérison et de réparation. Un tel engagement appellera à être, par exemple, la nécessité d’ une plus grande intégration des Caraïbes conçu pour permettre le rassemblement de la communauté fragmentée.
 

9. TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

400 ans , les politiques commerciales et de production de l’ Europe pourrait se résumer dans le slogan britannique: « pas un clou doit être fait dans les colonies ». 

Caraïbes a refusé la participation au processus d’industrialisation de l’ Europe, et se limitait au rôle de producteur et exportateur de matières premières. Ce système a été conçu pour extraire la valeur maximale de la région et pour permettre l’ accumulation de la richesse maximale en Europe. 

L’efficacité de cette politique signifiait que les Caraïbes est entré dans sa phase de construction de la nation comme un espace en arrière plan technologique et scientifique mal équipée- au sein de l’économie mondiale post – moderne.

Des générations de jeunes originaires des Caraïbes, en conséquence, se sont vu refuser l’adhésion et l’accès à la culture scientifique et technologique qui est le patrimoine de la jeunesse du monde. Transfert de technologie et le partage de la science pour le développement doit être une partie de la CRJP.
 

10. ANNULATION DE LA DETTE

Les gouvernements des Caraïbes qui ont émergé de l’ esclavage et le colonialisme ont hérité de la crise massive de la pauvreté communautaire et institutionnel pour le développement unpreparedness. Ces gouvernements se livrent encore tous les jours dans l’entreprise de nettoyer le désordre colonial afin de se préparer pour le développement. 

La pression du développement a poussé les gouvernements à porter le fardeau des politiques sociales et d’ emploi public en vue de faire face à l’ héritage colonial. Ce processus a donné lieu à des niveaux insoutenables États accumulation de la dette publique qui constituent désormais leur piégeage fiscal.

Ce cycle de la dette appartient bien aux gouvernements impériaux qui ont fait aucune tentative soutenue pour faire face à l’héritage colonial débilitante. Soutien pour le paiement de la dette intérieure et l’annulation de la dette internationale sont des actions réparatrices nécessaires. 
 

Source: http://www.leighday.co.uk/News/2014/March-2014/CARICOM-nations-unanimously-approve-10-point-plan

Ligue de Défense Noire Africainehttps://presse.ldna.fr
Ligue de défense Noire Africaine Actualités-Presse-Info Mouvements pour la défense des droits des Afro-descendants et Africains
RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Commentaires récents

%d blogueurs aiment cette page :