mercredi, octobre 20, 2021
Google search engine
HomeActualitĂ©sTOGO đŸ‡č🇬 CORRUPTION : BOLLORE le catho, intĂ©griste DEVANT LA JUSTICE

TOGO đŸ‡č🇬 CORRUPTION : BOLLORE le catho, intĂ©griste DEVANT LA JUSTICE

Les juges d’instruction ont Ă©tabli que le magnat des mĂ©dias et son groupe avaient payĂ© 300 000 euros de dĂ©penses de communication au prĂ©sident togolais Faure GnassingbĂ©, afin d’obtenir des contrats et avantages fiscaux sur le port de LomĂ©. Vincent BollorĂ©, le groupe BollorĂ© SE et deux autres cadres ont reconnu les faits, souhaitant s’éviter un procĂšs.


BollorĂ© Ă  la barre ? Stupeur et tremblement dans le microcosme mĂ©diatico-financier : l’un des hommes d’affaires les plus puissants de France pourrait avoir Ă  rendre des comptes devant un tribunal correctionnel. La juge Isabelle PrĂ©vost-Desprez, du tribunal judiciaire de Paris, a en effet estimĂ© ce vendredi «nĂ©cessaire» un procĂšs pour des faits notamment de corruption au Togo reprochĂ©s Ă  Vincent BollorĂ©.

Vincent BollorĂ©, Gilles Alix, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe BollorĂ© et Jean-Philippe Dorent, directeur international de l’agence Havas, filiale de BollorĂ©, avaient pourtant acceptĂ© une sorte de plaider-coupable Ă  la française dans ce dossier. Soit une comparution sur reconnaissance prĂ©alable de culpabilitĂ© (CRPC) et le paiement d’une amende de 375 000 euros.

Mais lors de l’audience, la juge a refusĂ© d’homologuer cette CRPC, estimant que les peines Ă©taient «inadaptĂ©es au regard de la gravitĂ© des faits reprochĂ©s» et considĂ©rant qu’il Ă©tait «nĂ©cessaire qu’ils soient jugĂ©s» par un tribunal correctionnel. Les faits ont «gravement portĂ© atteinte Ă  l’ordre public Ă©conomique» et «à la souverainetĂ© du Togo», a tranchĂ© la juge. Il appartient dĂ©sormais Ă  un juge d’instruction d’ordonner ou non un procĂšs pour le trio BollorĂ©, Alix et Dorente.

Une amende de 12 millions d’euros

En revanche, la juge a validĂ© la convention judiciaire d’intĂ©rĂȘt public (CJIP) visant le groupe BollorĂ©, qui prĂ©voit une amende de 12 millions d’euros. La sociĂ©tĂ© s’est engagĂ©e Ă  verser cette amende «au trĂ©sor public sous dix jours», a prĂ©cisĂ© le Parquet national financier dans un communiquĂ©. A cette amende s’ajoute le provisionnement de 4 millions d’euros pour assumer le coĂ»t d’un programme de mise en conformitĂ© aux rĂšgles de l’agence française anticorruption (AFA), qui rĂ©alisera un suivi pendant deux ans, selon les termes de la CJIP. Si les conditions sont remplies, la fin des poursuites sera dĂ©finitive pour le groupe. Mais pas pour son patron et ses deux acolytes.

Ce dossier, vieux de onze ans, colle aux semelles du patron de Canal plus C8 et CNews depuis 2009. Il concerne la prolongation et l’extension de la concession du port de LomĂ©, au Togo, porte d’entrĂ©e stratĂ©gique sur un continent, l’Afrique, Ă  l’origine de la fortune du magnat breton, estimĂ©e Ă  5,7 milliards d’euros. Au terme de son instruction, la juge Aude Buresi, longtemps Ă©paulĂ©e dans ce dossier par Serge Tournaire, a estimĂ© qu’un pacte de corruption a Ă©tĂ© scellĂ© entre la direction du groupe BollorĂ© et le prĂ©sident du Togo avant sa rĂ©Ă©lection en mars 2010.

 

 

RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Commentaires récents

%d blogueurs aiment cette page :