MALI đŸ‡ČđŸ‡± 31 SOLDATS TUÉS : Au nom de la LDNA, nous adressons nos condolĂ©ances les plus attristĂ©es Ă  toute la nation malienne, aux Famas.

Au nom La Ligue de Défense Noire Africaine ( LDNA ) mouvement, Révolutionnaire pour la Défense des Droits des africains et des afrodescendant, Anti-Imperialisme , Anti-néocolonialisme luttant contre la Négrophobie et le racisme:


MALI : Nous Condamnons fermement L’attaque ignoble,  qui a eu lieu Ă  Tessit, lundi 15 mars contre les Famas au sud-ouest d’Ansongo, prĂšs des frontiĂšres avec le Burkina Faso et le Niger. Embuscade tendue par une centaine d’hommes faisant plus de 30 soldats maliens tuĂ©s.


Au nom de la LDNA, nous adressons nos condolĂ©ances les plus attristĂ©es Ă  toute la nation malienne, aux Famas, mais Ă©galement aux familles Ă©pleurĂ©es. Nos sincĂšres vƓux de prompt rĂ©tablissement aux militaires blessĂ©s.

Mali : plus de 30 soldats tués dans une attaque attribuée à des djihadistes

La relĂšve est tombĂ©e dans une embuscade tendue par une centaine d’hommes dans la zone des « trois frontiĂšres », non loin du Niger et du Burkina Faso.


Au moins 31 soldats maliens ont Ă©tĂ© tuĂ©s dans le nord-est du pays, lundi 15 mars, dans l’attaque la plus meurtriĂšre attribuĂ©e Ă  des djihadistes contre les forces maliennes cette annĂ©e, selon un nouveau bilan obtenu mercredi de sources militaires et locale. Un prĂ©cĂ©dent dĂ©compte de l’état-major faisait Ă©tat de onze morts, onze disparus et quatorze blessĂ©s.

Ce bilan n’a cessĂ© de s’aggraver depuis un premier communiquĂ© publiĂ© tard lundi, plusieurs heures aprĂšs l’attaque menĂ©e en milieu de journĂ©e contre la relĂšve du poste de Tessit, au sud-ouest d’Ansongo, prĂšs des frontiĂšres avec le Burkina Faso et le Niger. Il pourrait s’alourdir encore, d’autres sources citant des pertes encore plus grandes dans les rangs de l’armĂ©e, qui a vu des centaines de ses hommes mourir de la sorte ces derniĂšres annĂ©es.


La relĂšve est tombĂ©e dans une embuscade tendue par une centaine d’hommes Ă  bord de pick-up et sur des motos, selon un rĂ©cit fait antĂ©rieurement par l’armĂ©e sur les rĂ©seaux sociaux.

« Le nouveau bilan est de 31 militaires maliens tuĂ©s. Les blessĂ©s ont Ă©tĂ© transportĂ©s Ă  Gao pour des soins », a indiquĂ© Ă  l’AFP un commandant local s’exprimant sous le couvert de l’anonymat en raison de ses contraintes hiĂ©rarchiques : « Dans les rangs des terroristes, on a retrouvĂ© treize morts sur le terrain et ils sont repartis avec d’autres corps. » Un document officiel que l’AFP a consultĂ© rapporte 33 morts et 14 blessĂ©s. Un Ă©lu local a Ă©voquĂ©, sous le sceau de l’anonymat, 34 soldats tuĂ©s.

Une tourmente multiforme

Depuis 2012 et le dĂ©clenchement de rĂ©bellions indĂ©pendantiste puis djihadiste dans le nord, le Mali est plongĂ© dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, civils et combattants, et des centaines de milliers de dĂ©placĂ©s, malgrĂ© le soutien de la communautĂ© internationale et l’intervention de forces de l’ONU, africaines et françaises. La crise s’est propagĂ©e au Burkina Faso et au Niger.

Lundi, 58 personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es dans l’ouest du Niger dans des attaques attribuĂ©es Ă  des djihadistes contre des civils de retour du marchĂ© et contre un village Ă  une centaine de kilomĂštres du Mali, dans la mĂȘme zone dite des « trois frontiĂšres ». Cette rĂ©gion, thĂ©Ăątre d’actions sanglantes de groupes armĂ©s affiliĂ©s Ă  Al-QaĂŻda et Ă  l’organisation Etat islamique (EI), a fait l’objet aprĂšs janvier 2020 d’un important effort militaire de la force française « Barkhane » et de ses partenaires sahĂ©liens, spĂ©cialement dirigĂ© contre l’organisation Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). La France revendique d’avoir considĂ©rablement affaibli l’EIGS, tout en frappant aussi durement Al-QaĂŻda et ses affiliĂ©s, Ă©galement actifs au Sahel.

Le secteur d’Ansongo, oĂč a eu lieu l’embuscade de lundi au Mali, est plutĂŽt considĂ©rĂ© comme le champ d’action de l’EI. Dans le centre du pays, autre foyer des violences qui ensanglantent le Sahel, dix soldats maliens avaient Ă©tĂ© tuĂ©s le 3 fĂ©vrier dans l’attaque de leur poste Ă  Boni. L’opĂ©ration avait Ă©tĂ© attribuĂ©e par un organe de propagande d’Al-QaĂŻda au Groupe de soutien Ă  l’islam et aux musulmans (GSIM), alliance djihadiste affiliĂ©e Ă  Al-QaĂŻda.

#FreeMali

Fait Ă  paris le 18 /03/2021

La ligue de défense noire africaine.

Source: AFP

18/03/2021