🔮FLASH : Mali : une enquĂȘte de l’ONU conclut qu’une frappe française a tuĂ© 19 civils en janvier.

Mali : une enquĂȘte de l’ONU conclut qu’une frappe française a tuĂ© 19 civils en janvier.

MALI đŸ‡ČđŸ‡± : Il y’a 2 mois lĂ  classe politique française traitait la LDNA d’ĂȘtre des « SĂ©paratistes & Des supremacistes noirs » quand nous avons dĂ©noncĂ© les crimes de l’armĂ©e terroriste française sur les populations africaines et sur les civils maliens. L’enquĂȘte de l’ONU nous donne raison !
Contrairement Ă  la version avancĂ©e par la France via l’a ministre des armĂ©es que nous surnommons ministĂšre des crimes Florence Parly ,

Une enquĂȘte de l’ONU conclut qu’une frappe aĂ©rienne conduite par l’armĂ©e française au Mali en janvier a tuĂ© 19 civils rĂ©unis pour un mariage, et non pas seulement des djihadistes comme l’a soutenu Paris jusqu’alors, selon un rapport citĂ© par l’AFP. Au terme de l’enquĂȘte menĂ©e par la Division des droits de l’Homme de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), appuyĂ©e par la police scientifique des Nations unies, sur les Ă©vĂšnements survenus le 3 janvier prĂšs de Bounti (centre), la Minusma «est en mesure de confirmer la tenue d’une cĂ©lĂ©bration de mariage qui a rassemblĂ© sur le lieu de la frappe une centaine de civils parmi lesquels se trouvaient cinq personnes armĂ©es, membres prĂ©sumĂ©s de la Katiba Serma», assure le rĂ©sumĂ© d’un rapport consultĂ© par l’AFP.

La Katiba Serma est affiliĂ©e au Groupe de soutien Ă  l’islam et aux musulmans (GSIM, ou JNIM en arabe), alliance djihadiste elle-mĂȘme affiliĂ©e Ă  Al-QaĂŻda. Au moins 22 personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es, dont trois des membres prĂ©sumĂ©s de la Katiba Serma : 19 sur le coup et 3 au cours de leur Ă©vacuation, affirme le document. Le groupe touchĂ© «était trĂšs majoritairement composĂ© de civils qui sont des personnes protĂ©gĂ©es contre les attaques au regard du droit international humanitaire», dit encore la Minusma. La mission de l’ONU «recommande» enfin aux autoritĂ©s maliennes et françaises de diligenter «une enquĂȘte indĂ©pendante, crĂ©dible et transparente». Elle prĂ©conise d’examiner les processus prĂ©alables aux frappes, voire de les modifier. Elle recommande aussi aux Français et aux Maliens de chercher Ă  Ă©tablir les responsabilitĂ©s et d’octroyer le cas Ă©chĂ©ant une rĂ©paration aux victimes et Ă  leurs proches.

Au nom de la ligue de défense noire africaine , mouvement de défense pour le droit des africains et des afrodescendants Anti-impérialismes, Anti-néocolonialisme luttant contre le racisme & la négrophobie.
Nous exigeons:
– le dĂ©part des troupes française d’Afrique
– les images des bombardements
– le dĂ©dommagement des familles
– l’ouverture d’une enquĂȘte criminelle devant les hautes autoritĂ©s de justice.
Les CRIMES DE L’ARMÉE FRANÇAISE dans les pays africains ne peuvent plus et ne doivent plus rester IMPUNIS.
L ‘ impĂ©rialisme français ne vaincra pas la rĂ©volution de la jeunesse africaine , afro-descendante.

NB: Selon l’article 9 de l’accord sofa sur les statuts juridiques que l’état français impose Ă  l’état malien.
La France ne dĂ©bourse rien peu importe la situation qu’elle soit auteur ou non des faits, que cela concerne la mort de civils mĂȘme causĂ©e par des soldats français.

LDNA PRESSE 

source : AFP 

30/03/2021