🔮[ FLASH ] ASSASSINAT DU HÉROS THOMAS SANKARA : BLAISE COMPAORE APPELÉ À ÊTRE JUGÉ DEVANT UN TRIBUNAL MILITAIRE

ASSASSINAT DU HÉROS THOMAS SANKARA : BLAISE COMPAORE APPELÉ À ÊTRE JUGÉ DEVANT UN TRIBUNAL MILITAIRE 

AccusĂ© d’ĂȘtre impliquĂ© dans l’assassinat de son prĂ©dĂ©cesseur Thomas Sankara, l’ancien prĂ©sident burkinabĂ© Blaise CompaorĂ©, en exil en CĂŽte d’Ivoire, est appelĂ© Ă  rĂ©pondre des charges qui pĂšsent contre lui devant un tribunal militaire. L’ancien prĂ©sident du Burkina Faso Blaise CompaorĂ©, en exil en CĂŽte d’Ivoire, va ĂȘtre jugĂ© pour l’assassinat de son prĂ©dĂ©cesseur Thomas Sankara lors du coup d’Etat de 1987 qui l’a portĂ© au pouvoir.


Trente-quatre ans aprĂšs la mort du «pĂšre de la rĂ©volution burkinabÚ» et icĂŽne panafricaine, le dossier a Ă©tĂ© renvoyé ce 13 avril devant le tribunal militaire de Ouagadougou, à la suite de la confirmation des charges retenues contre les principaux accusĂ©s, dont Blaise CompaorĂ© et treize autres personnes, selon des avocats de la dĂ©fense et des parties civiles auprĂšs de l’AFP. Les prĂ©venus sont accusĂ©s d’«attentat Ă  la sĂ»retĂ© de l’Etat», «complicitĂ© d’assassinats» et «complicitĂ© de recel de cadavres». «L’heure de la justice a enfin sonnĂ©, un procĂšs peut s’ouvrir. Il appartient donc au procureur militaire de programmer une date d’audience», a dĂ©clarĂ© MaĂźtre Guy HervĂ© Kam, avocat de la partie civile. Le gĂ©nĂ©ral Gilbert DiendĂ©rĂ©, l’un des principaux chefs de l’armĂ©e lors du putsch de 1987, devenu ensuite chef d’Ă©tat-major particulier de Blaise CompaorĂ©, figure parmi les accusĂ©s, ainsi que des soldats de l’ex-garde prĂ©sidentielle. Le gĂ©nĂ©ral DiendĂ©rĂ© purge dĂ©jà une peine de 20 ans de prison au Burkina Faso pour une tentative de coup d’Etat en 2015. «Beaucoup d’accusĂ©s sont dĂ©cĂ©dĂ©s», a ajoutĂ© MaĂźtre Kam. La date du procĂšs «n’est pas encore dĂ©cidĂ©e» mais celui-ci pourrait avoir lieu «trĂšs bientĂŽt», les mandats d’amener des accusĂ©s «non encore dĂ©tenus ayant Ă©tĂ© ordonnĂ©s ce matin», a expliquĂ© MaĂźtre Mathieu SomĂ©, avocat du gĂ©nĂ©ral Gilbert DiendĂ©rĂ©. Un probable jugement par contumace pour CompaorĂ© ArrivĂ© au pouvoir par un coup d’Etat en 1983, le prĂ©sident Sankara a Ă©tĂ© tuĂ© par un commando le 15 octobre 1987 Ă  l’Ăąge de 37 ans, lors du putsch qui porta au pouvoir son compagnon d’armes, Blaise CompaorĂ©. La mort de Sankara, devenue une figure panafricaine et surnommĂ© «le Che africain», Ă©tait un sujet tabou pendant les 27 annĂ©es de pouvoir de CompaorĂ©, lui-mĂȘme renversĂ© par une rĂ©volution en 2014. L’affaire a Ă©tĂ© relancĂ©e, aprĂšs la chute de CompaorĂ©, par le rĂ©gime de transition. Un mandat d’arrĂȘt a Ă©tĂ© Ă©mis contre lui par la justice burkinabĂš en mars 2016. Il vit dĂ©sormais en CĂŽte d’Ivoire, oĂč il s’Ă©tait enfui aprĂšs sa chute. Ayant obtenu la nationalitĂ© ivoirienne, il ne peut pas ĂȘtre extradĂ© et devrait donc ĂȘtre jugĂ© par contumace.

 

LDNA PRESSE 

LIGUE DE DÉFENSE NOIRE AFRICAINE 

Laisser un commentaire

13/04/2021