décembre 1, 2023

NIGER 🇳đŸ‡Ș : L’armĂ©e impĂ©rialiste française a tuĂ© 3 manifestants,ce samedi Ă  TillabĂ©ri.

0

Un convoi militaire français se rendant Ă  Gao, au Mali, dĂ©jĂ  bloquĂ© plusieurs jours par des manifestations au Burkina Faso, a de nouveau fait l’objet de contestation samedi Ă  TĂ©ra, dans l’ouest du Niger.

La manifestation  fait “3 morts et 18 blessĂ©s dont 4 Ă©vacuĂ©s sur Niamey”, a affirmĂ© le maire de la ville, Hama Mamoudou, qui Ă©tait dans la capitale au moment des manifestations contre le passage du convoi militaire français.

L’Ă©tat-major français n’Ă©tait “pas en mesure de confirmer ce bilan Ă  ce stade”, et tentait de faire la lumiĂšre sur ces chiffres avec les autoritĂ©s nigĂ©riennes. Par ailleurs, “aucun soldat français n’a Ă©tĂ© blessĂ©”, mais “deux conducteurs civils du convoi ont Ă©tĂ© blessĂ©s par des pierres et des camions civils endommagĂ©s”, a prĂ©cisĂ© Ă  l’AFP son porte-parole, le colonel Pascal Ianni.


Le convoi s’est arrĂȘtĂ© vendredi soir Ă  TĂ©ra, selon le porte-parole. Samedi matin, quand ils ont voulu reprendre leur progression vers Niamey, Ă  200 km de lĂ , ils ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s par un millier de manifestants et “un groupe violent parmi eux a tentĂ© de s’emparer des camions”, a-t-il affirmĂ©.

Les gendarmes nigĂ©riens et les soldats français ont “effectuĂ© des tirs de sommation”, a poursuivi le porte-parole français.

Le convoi a finalement pu quitter Téra à la mi-journée et reprendre sa progression vers Niamey.

Contestés de toutes parts

Les critiques Ă  l’Ă©gard de la prĂ©sence militaire française se multiplient au Niger, au Mali et au Burkina Faso.

A son entrĂ©e en territoire burkinabĂš la semaine derniĂšre, le convoi avait d’abord Ă©tĂ© ralenti dans sa progression par des manifestants Ă  Bobo Dioulasso (sud-ouest), dans la capitale Ouagadougou (centre) puis Ă  Kaya, Ă  une centaine de km au nord-est de la capitale. Quatre manifestants avaient Ă©tĂ© blessĂ©s par balle dans des circonstances indĂ©terminĂ©es.

Plusieurs manifestants accusaient les soldats français de transporter des armes pour les groupes jihadistes qui terrorisent depuis des années plusieurs pays du Sahel.

Laisser un commentaire