jeudi, septembre 29, 2022
Google search engine
HomeActualitésInternationalComment Zelensky a fait la paix avec les paramilitaires néonazis

Comment Zelensky a fait la paix avec les paramilitaires néonazis

Quand Vladimir Poutine a justifié l’invasion de l’Ukraine en parlant de « dénazification », ses propos ont été tournés en ridicule par les dirigeants et les médias occidentaux. C’était forcément les élucubrations d’un fou, d’un dictateur paranoïaque. Pourtant, au-delà de la rhétorique adoptée par Moscou, force est de constater que les propos du président russe reposent en partie sur une base objective. Dans cette enquête particulièrement documentée, Alexander Rubinstein et Max Blumenthal de Grayzone rapportent comment le président Volodymyr Zelensky, élu sur un programme d’apaisement avec la Russie, a fini par céder pour collaborer activement avec les groupes fascistes bien présents en Ukraine et responsables d’atrocités. (IGA)


Alors que les médias occidentaux font valoir l’origine juive de Volodymyr Zelensky pour réfuter les accusations d’influence nazie en Ukraine, le président a cédé aux forces néo-nazies et dépend désormais d’elles comme combattants de première ligne.

En octobre 2019, alors que la guerre dans l’est de l’Ukraine s’éternisait, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu à Zolote, une ville située fermement dans la « zone grise » du Donbas, où plus de 14 000 personnes avaient été tuées, principalement du côté pro-russe. Là, le président a rencontré les vétérans endurcis des unités paramilitaires d’extrême droite qui poursuivent le combat contre les séparatistes à quelques kilomètres de là.

Élu sur un programme de désescalade des hostilités avec la Russie, Zelensky était déterminé à faire appliquer la « formule Steinmeier » conçue par Walter Steinmeier, alors ministre allemand des Affaires étrangères, qui prévoyait des élections dans les régions russophones de Donetsk et de Lougansk.

Lors d’un face-à-face avec les militants du bataillon néonazi Azov qui avaient lancé une campagne de sabotage de l’initiative de paix intitulée « Non à la capitulation », Zelensky s’est heurté à un mur d’obstination.

Les appels au désengagement des lignes de front ayant été fermement rejetés, Zelensky s’est effondré devant la caméra. « Je suis le président de ce pays. J’ai 41 ans. Je ne suis pas un perdant. Je suis venu vous voir et je vous ai dit : retirez les armes », a imploré Zelensky aux combattants.

Une fois que la vidéo de la confrontation orageuse s’est répandue sur les réseaux sociaux ukrainiens, Zelensky est devenu la cible d’une réaction virulente.

Andriy Biletsky, le chef du Bataillon Azov, fièrement fasciste, qui s’était engagé à « mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les Untermenschen dirigés par des sémites », a juré d’amener des milliers de combattants à Zolote si Zelensky insistait davantage. Pendant ce temps, un parlementaire du parti de l’ancien président ukrainien Petro Porochenko a ouvertement fantasmé sur le fait que Zelensky serait réduit en miettes par une grenade d’un militant.

Bien que Zelensky ait obtenu un désengagement mineur, les paramilitaires néonazis ont intensifié leur campagne « Pas de capitulation ». En quelques mois, les combats ont repris à Zolote, déclenchant un nouveau cycle de violations de l’accord de Minsk.

À ce stade, Azov a été officiellement incorporé dans l’armée ukrainienne et son aile d’autodéfense, connue sous le nom de Corps national, a été déployée dans tout le pays sous la surveillance du ministère ukrainien de l’Intérieur et aux côtés de la police nationale. En décembre 2021, on peut voir Zelensky remettre un prix de « Héros de l’Ukraine » à un dirigeant du Secteur droit fasciste lors d’une cérémonie au Parlement ukrainien.

Un conflit à grande échelle avec la Russie approchait, et la distance entre Zelensky et les paramilitaires extrémistes se réduisait rapidement.

Ce 24 février, lorsque le président russe Vladimir Poutine a envoyé des troupes en territoire ukrainien avec pour mission déclarée de « démilitariser et dénazifier » le pays, les médias américains se sont lancés dans une mission qui leur était propre : nier le pouvoir des paramilitaires néonazis sur la sphère militaire et politique du pays. Comme l’a souligné la National Public Radio, financée par le gouvernement américain, « les propos de Poutine [sur la dénazification] sont offensants et erronés sur le plan des faits ».

Dans leur tentative de détourner l’attention de l’influence du nazisme dans l’Ukraine contemporaine, les médias américains ont trouvé leur outil de relations publiques le plus efficace dans la figure de Zelensky, une ancienne star de la télévision et un comédien d’origine juive. C’est un rôle que l’acteur devenu politicien a assumé avec enthousiasme.

Mais comme nous le verrons, Zelensky n’a pas seulement cédé du terrain aux néonazis en son sein, il leur a confié un rôle en première ligne dans la guerre de son pays contre les forces pro-russes et russes.

La judéité du président, un outil de relations publiques pour les médias occidentaux

Quelques heures avant le discours du 24 février du président Poutine déclarant que la dénazification était l’objectif des opérations russes, le président ukrainien Volodymyr Zelensky « a demandé comment un peuple qui a perdu huit millions de ses citoyens en combattant les nazis pouvait soutenir le nazisme », selon la BBC.

Élevé dans une famille juive non religieuse en Union soviétique dans les années 1980, Zelensky a minimisé son héritage dans le passé. « Le fait que je sois juif fait à peine 20 dans ma longue liste de défauts », a-t-il plaisanté lors d’une interview de 2019 dans laquelle il a refusé de donner plus de détails sur ses origines religieuses.

Aujourd’hui, alors que les troupes russes s’abattent sur des villes comme Mariupol, qui est effectivement sous le contrôle du bataillon Azov, Zelensky n’a plus honte de diffuser sa judéité. « Comment pourrais-je être un nazi ? » s’est-il demandé à haute voix lors d’une allocution publique. Pour les médias américains engagés dans une guerre de l’information totale contre la Russie, l’origine juive du président est devenue un outil de relations publiques essentiel.

Voici quelques exemples du déploiement par les médias américains de Zelensky comme bouclier contre les allégations de nazisme rampant en Ukraine :

 

    • PBS NewsHour a noté les commentaires de Poutine sur la dénazification avec un qualificatif : « même si le président Volodymyr Zelensky est juif et que ses grands oncles sont morts dans l’Holocauste ».
    • Sur Fox & Friends, l’ancien officier de la CIA Dan Hoffman a déclaré que « c’est le comble de l’hypocrisie d’appeler la nation ukrainienne à la dénazification – leur président est juif après tout. »
    • Sur MSNBC, le sénateur démocrate de Virginie Mark Warner a déclaré que la « terminologie de Poutine, aussi scandaleuse et odieuse soit-elle – ‘dénazifier’ alors que vous avez franchement un président juif en la personne de M. Zelensky. Ce type [Poutine] mène sa propre sorte de jihad personnel pour restaurer la grande Russie ».
    • La sénatrice républicaine Marsha Blackburn a déclaré sur Fox Business qu’elle était « impressionnée par le président Zelensky et la façon dont il s’est tenu debout. Et pour Poutine, sortir et dire ‘nous allons dénazifier’ et Zelensky est juif ».
    • Dans une interview avec Wolf Blitzer de CNN, le général John Allen a dénoncé l’utilisation par Poutine du terme « dénazifier », tandis que le journaliste et ancien lobbyiste israélien secouait la tête avec dégoût. Dans une autre interview avec Blitzer, le soi-disant « dénonciateur de l’Ukraine », Alexander Vindman, né en Ukraine, a grommelé que l’affirmation est « manifestement absurde, il n’y a vraiment aucun mérite… vous avez souligné que Volodymyr Zelensky est juif… la communauté juive [est] embrassée. Elle est au cœur du pays et il n’y a rien dans ce récit nazi, ce récit fasciste. C’est un prétexte fabriqué de toutes pièces ».

 

Derrière le spin des médias corporatifs se cache la relation complexe et de plus en plus étroite que l’administration de Zelensky entretient avec les forces néonazies investies de postes militaires et politiques clés par l’État ukrainien, et le pouvoir dont ces fascistes ouverts jouissent depuis que Washington a installé un régime aligné sur l’Occident par un coup d’État en 2014.

En fait, le principal soutien financier de Zelensky, l’oligarque juif ukrainien Igor Kolomoisky, a été l’un des principaux bienfaiteurs du bataillon néonazi Azov et d’autres milices extrémistes.

Le Bataillon Azov défile avec des drapeaux Wolfsangel d’inspiration nazie à Mariupol, en août 2020.

Soutenus par le principal financier de Zelensky, les militants néo-nazis déclenchent une vague d’intimidation

Incorporé à la Garde nationale ukrainienne, le bataillon Azov est considéré comme l’unité la plus zélée idéologiquement et la plus motivée militairement dans la lutte contre les séparatistes pro-russes dans la région orientale du Donbass.

Avec des insignes Wolfsangel d’inspiration nazie sur les uniformes de ses combattants, qui ont été photographiés avec des symboles SS nazis sur leurs casques, Azov « est connu pour son association avec l’idéologie néonazie… [et] est soupçonné d’avoir participé à la formation et à la radicalisation d’organisations de suprématie blanche basées aux États-Unis », selon un acte d’accusation du FBI concernant plusieurs nationalistes blancs américains qui se sont rendus à Kiev pour s’entraîner avec Azov.

Igor Kolomoisky, un baron ukrainien de l’énergie d’origine juive, est l’un des principaux bailleurs de fonds d’Azov depuis sa création en 2014. Il a également financé des milices privées comme les bataillons Dnipro et Aidar, et les a déployées comme une escouade de voyous personnelle pour protéger ses intérêts financiers.

En 2019, Kolomoisky est devenu le principal soutien de la candidature présidentielle de Zelensky. Bien que Zelensky ait fait de la lutte contre la corruption le thème principal de sa campagne, les Pandora Papers l’ont exposé, ainsi que les membres de son cercle proche, en train de cacher d’importants paiements de Kolomoisky dans une toile d’ombre de comptes offshore.

Le président Zelensky (C) rencontre l’oligarque milliardaire et associé Ihor Kolomoisky le 10 septembre 2019.

Lorsque Zelensky a pris ses fonctions en mai 2019, le bataillon Azov maintenait le contrôle de facto de la ville portuaire stratégique du sud-est de Mariupol et de ses villages environnants. Comme l’a noté Open Democracy, « Azov a certainement établi un contrôle politique des rues de Mariupol. Pour maintenir ce contrôle, ils doivent réagir violemment, même si ce n’est pas officiellement, à tout événement public qui s’écarte suffisamment de leur programme politique. »

Les attaques d’Azov à Mariupol ont notamment visé des « féministes et des libéraux » qui défilaient lors de la Journée internationale de la femme, entre autres incidents.

En mars 2019, des membres du Corps national du bataillon Azov ont attaqué le domicile de Viktor Medvedchuk, principale figure de l’opposition en Ukraine, l’accusant de trahison pour ses relations amicales avec Vladimir Poutine, le parrain de la fille de Medvedchuk.

L’administration de Zelensky a intensifié l’attaque contre Medvedchuk, en fermant plusieurs médias qu’il contrôlait en février 2021 avec l’approbation ouverte du département d’État américain, et en emprisonnant le leader de l’opposition pour trahison trois mois plus tard. Zelensky a justifié ses actions par la nécessité de « lutter contre le danger d’agression russe dans le domaine de l’information. »

Ensuite, en août 2020, le Corps national d’Azov a ouvert le feu sur un bus contenant des membres du parti de Medvedchuk, Patriotes pour la vie, en blessant plusieurs avec des balles en acier recouvertes de caoutchouc.<

RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Commentaires récents

%d blogueurs aiment cette page :