décembre 1, 2023

đź”´URGENT ! RĂ©vĂ©lations :31 Milliards de FCFA pour faire baisser la fièvre anti-politique française en Afrique de l’Ouest.

0

URGENT ! RĂ©vĂ©lations :”31 Milliards de FCFA pour faire baisser la fièvre anti-française en Afrique de l’Ouest”.

C’est en fin mars que l’accord a Ă©tĂ© passĂ© Ă  Abidjan. L’objectif est de faire en sorte que les sentiments anti-politique française gĂ©nĂ©ralisĂ©s en Afrique de l’Ouest et sur les rĂ©seaux sociaux se calment. La rencontre n’a pas Ă©tĂ© mĂ©diatisĂ©e et les travaux ont pris 4 jours.
Ils Ă©taient des activistes de renommĂ©e, des hommes politiques, des journalistes, des Ă©tudiants et des responsables d’OSC venus du Burkina Faso, du Niger, du SĂ©nĂ©gal, du Mali, de la GuinĂ©e Conakry et du Tchad. Il y a eu d’autres nationalitĂ©s africaines que nous n’avons pas pu identifier.

La méthode de travail a été difficile à trouver dès le premier jour. Mais au deuxième, il est convenu de deux choses :
Premièrement, il faut arriver Ă  stopper l’amour de plus en plus croissant que la jeunesse a envers le Russe et ses symboles. Pour y arriver, il faut prĂŞcher l’Ă©vangile de l’autonomie, c’est-Ă -dire, faire comprendre Ă  la jeunesse que leurs ancĂŞtres se sont battus seuls pour leur lĂ©guer des pays avec des frontières prĂ©cises. Faire comprendre Ă  la jeunesse qu’il n’y a pas une puissance qui viendra les sauver et qu’il faut se battre seule.
Cette idĂ©e est soutenue par les participants parce qu’elle pourra, sur fond d’un patriotisme, dĂ©connecter un peu la jeunesse envers les Russes afin qu’on puisse passer Ă  la deuxième Ă©tape.

Deuxièmement, l’Ă©tape deux de cette stratĂ©gie est la politique d’attirance. Plusieurs OSC, Associations et regroupements indĂ©pendants vont ĂŞtre crĂ©Ă©s.
L’objectif de ses structures c’est de mener des actions qui rejettent toute intervention Ă©trangère, sauf que le paradoxe est qu’elles sont financĂ©es clandestinement par les initiateurs de la rencontre d’Abidjan. Le stade ultime du fonctionnement de ces structures est de faire en sorte qu’on aie l’impression qu’aucune puissance n’a l’exclusivitĂ© des pays concernĂ©s, mais au fond, l’Ă©lite qui est entraine d’ĂŞtre prĂ©parĂ©e recevra toutes les stratĂ©gies de la France. La formule est simple : avoir des jeunes acquis Ă  la cause française et la France s’effacera de la surface pour se consacrer dans les racines. Il est convenu de mettre l’accent sur les rĂ©seaux sociaux.

Au Burkina Faso, cet activisme a dĂ©jĂ  commencĂ©. Ils sont moins tolĂ©rants et plus virulents envers quiconque qui tente de les contredire. Ils parlent moins de la France (c’est la première consigne). Ils parlent plutĂ´t de la jeunesse qui doit se dĂ©partir de recourir les autres puissances pour lutter contre le terrorisme. Il est convenu aussi que l’ÉlysĂ©e va contacter les prĂ©sidents <<contactables>> pour mener une communication politique plus souple dans le dilatoire pour calmer les ardeurs en attendant que les structures Ă  installer soient opĂ©rationnelles.
Chers internautes, vous ĂŞtes informĂ©s. C’est la nouvelle donne que nous vous avons communiquĂ©e ainsi. Ă€ vous de voir.
De ma part, je suis convaincue qu’au stade actuel, seuls notre courage et notre dĂ©termination ne nous suffisent pas, il faut avoir un soutien. Aucune balle, ni un drone n’est fabriquĂ©s sur notre sol. Il faut recourir Ă  des partenaires sincères avec des technologies militaires adaptĂ©e au besoin du moment. Que ce partenariat soit chinois, indien, turc, CorĂ©en, amĂ©ricain, britannique, etc, cela ne dĂ©range pas. Avoir un partenaire ne veut pas dire ĂŞtre lâche. Nos ancĂŞtres tirailleurs sĂ©nĂ©galais ont dĂ©fendu l’Europe mais cela ne fait pas d’eux des lâches, alors qu’ils avaient de l’armement face Ă  Hitler.
Aucun partenariat en temps de crise ne remet en cause le patriotisme et le courage d’un peuple.

NB:
1.Chaque participant a empochĂ© au moins 15.000.000 FCFA en attendant l’assaut final. D’autres rĂ©compenses plus importantes sont prĂ©vues;
2. Pour reconnaĂ®tre ces gens, il faut remarquer qu’ils demandent aujourd’hui Ă  la jeunesse de voler de ses propres ailes sans condamner ce vieux partenariat avec la France qui n’a pas apporter des solutions. Ils citent nos ancĂŞtres pour couronner leur Deal Abidjannais.

Rabin Mucharaff

Laisser un commentaire