mardi, septembre 26, 2023
Google search engine
AccueilActualitĂ©sInternationalBurkina Faso đŸ‡§đŸ‡« : manifestation Ă  Ouagadougou contre une visite de la...

Burkina Faso đŸ‡§đŸ‡« : manifestation Ă  Ouagadougou contre une visite de la CĂ©dĂ©ao

Plusieurs dizaines de personnes ont manifestĂ© contre la venue d’une dĂ©lĂ©gation de la CĂ©dĂ©ao Ă  Ougadougou le 4 octobre, moins d’une semaine aprĂšs un nouveau putsch. Des slogans hostiles envers la France ont notamment Ă©tĂ© scandĂ©s.
Plusieurs dizaines de personnes manifestaient le 4 octobre Ă  Ouagadougou contre la visite d’une dĂ©lĂ©gation ouest-africaine venue Ă©valuer la situation au Burkina Faso quelques jours aprĂšs un deuxiĂšme coup d’Etat en huit mois.

Brandissant des drapeaux russes, les manifestants ont affichĂ© leur hostilitĂ© Ă  la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CĂ©dĂ©ao) et Ă  la France rapporte l’AFP.

« Non Ă  l’ingĂ©rence de la CĂ©dĂ©ao », « France dĂ©gage », « Ensemble disons non Ă  la France », ou encore «Vive la coopĂ©ration Russie-Burkina », pouvait-on entendre de la part des manifestants rassemblĂ©s sur l’avenue menant Ă  la prĂ©sidence burkinabĂš.

« Prise de contact »

La dĂ©lĂ©gation de la CĂ©deao est arrivĂ©e dans la matinĂ©e et devait se rendre Ă  la prĂ©sidence pour y rencontrer le nouvel homme fort du pays, le capitaine Ibrahim TraorĂ©, a appris l’AFP de source officielle burkinabĂš.

« Cette mission est une prise de contact avec les nouvelles autoritĂ©s de la transition dans le cadre de l’accompagnement dont notre pays bĂ©nĂ©ficie » de la part de ses voisins ouest-africains, a dĂ©clarĂ© dans un communiquĂ© le capitaine Ibrahim TraorĂ©, qui a renversĂ© le 30 septembre dernier le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, lui-mĂȘme arrivĂ© au pouvoir lors d’un putsch en janvier.

Ibrahim TraorĂ© en a profitĂ© pour prĂ©venir les manifestants anti-CĂ©dĂ©ao que « toute personne qui entreprendra des actes de nature Ă  perturber le bon dĂ©roulement de la mission de la CĂ©deao se verra appliquer la rigueur de la loi ». Regrettant « la circulation de messages appelant Ă  empĂȘcher le bon dĂ©roulement de cette mission », il a renouvelĂ© « son appel au calme» et Ă  « la retenue ».

Avant la manifestation, de petits groupes avaient dressĂ© dans la nuit des barrages dans le centre de Ouagadougou pour protester contre la venue de la dĂ©lĂ©gation, et des messages appelant Ă  entraver sa visite ont Ă©tĂ© postĂ©s sur les rĂ©seaux sociaux. Pendant le week-end, des bĂątiments diplomatiques et reprĂ©sentant des intĂ©rĂȘts de la France avaient Ă©tĂ© pris pour cible par des manifestants favorables au capitaine Ibrahim TraorĂ©.

AprĂšs s’ĂȘtre dans un premier temps opposĂ© Ă  sa destitution, le lieutenant-colonel Sandaogo Damiba avait fini par accepter de dĂ©missionner le 2 octobre et partir Ă  LomĂ©, au Togo.

La CĂ©dĂ©ao accusĂ©e d’ĂȘtre dĂ©connectĂ©e des aspirations populaires en Afrique

La CĂ©dĂ©ao est rĂ©guliĂšrement accusĂ©e par ses opposants de dĂ©fendre systĂ©matiquement les dirigeants en place sans tenir compte des aspirations populaires, et certains de ses responsables d’ĂȘtre infĂ©odĂ©s Ă  l’ancienne puissance coloniale française.

La dĂ©lĂ©gation de la CĂ©dĂ©ao Ă  Ouagadougou est conduite par la ministre bissau-guinĂ©enne des Affaires Ă©trangĂšres, Suzi Carla Barbosa, dont le pays assure la prĂ©sidence de l’organisation, et comprend notamment l’ancien prĂ©sident nigĂ©rien Mahamadou Issoufou, mĂ©diateur pour le Burkina Faso.

Elle vient Ă©valuer la situation au Burkina Faso aprĂšs le dĂ©part de Sandaogo Damiba, Ă  qui le capitaine Ibrahim TraorĂ© reprochait en particulier « la dĂ©gradation continue de la situation sĂ©curitaire » dans un pays minĂ© par la violence djihadiste et oĂč les attaques sanglantes contre civils et militaires se sont multipliĂ©es ces derniers mois.

Depuis 2015, les attaques réguliÚres de mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et à Daesh ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque deux millions de personnes.

Le capitaine Ibrahim TraorĂ© a promis de respecter les engagements pris par son prĂ©dĂ©cesseur Ă  l’Ă©gard de CĂ©dĂ©ao sur l’organisation d’Ă©lections et un retour de civils au pouvoir au plus tard en juillet 2024.

RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Commentaires récents

%d blogueurs aiment cette page :