vendredi, février 3, 2023
Google search engine
HomeActualitésInternationalNana Akufo-Ado « Wagner déjà au Burkina Faso» ? Nous sollicitons l’aide...

Nana Akufo-Ado « Wagner déjà au Burkina Faso» ? Nous sollicitons l’aide des usa pour les combattre, affirme le président ghanéen.

Le président ghanéen a désigné le partenariat entre le Burkina et la Russie comme un « danger » auquel les USA  doivent l’aider à y faire face en «urgence»

Le groupe Wagner est-il déjà au Burkina ? C’est ce qu’a affirmé mercredi le président ghanéen au cours de son tête-à-tête à Washington avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, en marge du sommet États-Unis-Afrique. Au cours de cette entrevue, retransmise par la diplomatie américaine, Nana Akufo-Addo a assuré que le Burkina Faso, son voisin du nord, a conclu un arrangement pour faire à son tour appel à la société de mercenaires russes. 

Nana Akufo-Addo ne s’est pas embarrassé de conditionnels. Face au chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui acquiesce, il assure d’un ton très affirmatif que les mercenaires russes sont déjà déployés chez son voisin, sans apporter d’éléments supplémentaires.

« Avant tout, il y a un sujet que je veux mettre sur la table de manière urgente. Aujourd’hui, les mercenaires russes sont à notre frontière nord. Le Burkina Faso a trouvé un arrangement pour suivre le Mali et employer les forces de Wagner sur son territoire. Je crois qu’une mine dans le sud du Burkina leur a été allouée comme forme de paiement pour leur service. Le Premier ministre du Burkina Faso a été à Moscou au cours des dix derniers jours. Et avoir ces mercenaires qui opèrent juste de l’autre côté de notre frontière est particulièrement pénible pour nous au Ghana », a-t-il déclaré.

Le président ghanéen regrette que l’Afrique redevienne un théâtre d’affrontements entre grandes puissances. Mais alors que l’endiguement de la Russie sur le continent était un des objectifs de ce sommet États-Unis/Afrique, il n’hésite pas à demander aux Américains de marquer leur soutien.

« En plus de ne pas accepter de voir les grandes puissances faire à nouveau de l’Afrique leur théâtre d’opération, nous avons aussi eu une position claire à propos de la guerre en Ukraine : nous avons régulièrement condamné publiquement l’invasion par la Russie. Alors, avoir ce groupe à notre frontière est un sujet de grande inquiétude pour nous. Et je voudrais que cette discussion se poursuive : dans quelle mesure nous pouvons vous avoir comme partenaire pour faire face à ce danger ? C’est très important », a déclaré Nana Akufo-Addo dans son intervention filmée, dont la vidéo est disponible sur le site du département d’État américain.

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo s’inquiète de la présence de Wagner au Burkina Faso

Le porte-parole du gouvernement burkinabè n’a pas souhaité réagir à ces affirmations. « Je lui laisse la responsabilité de ce qu’il a dit », a répondu Jean-Emmanuel Ouedraogo à l’AFP.

Le ministre nigérien des Affaires étrangères, également présent à Washington pour le sommet Etats-Unis-Afrique, n’est pas en mesure de confirmer cette information mais la juge « vraisemblable » : « Le Burkina est sur cette trajectoire-là, apparemment, d’après les informations que nous avons, déclare Hassoumi Massaoudou au micro de RFI. Nous leur demandons de se ressaisir pour éviter de suivre cette trajectoire qui est une impasse. On voit très bien que l’intervention de Wagner au Mali, à part de protéger la junte, n’a pas permis d’avoir de succès en matière de sécurité. La situation sécuritaire se dégrade et aujourd’hui le vide qu’il y a depuis le départ des Français est tout à fait inquiétant. Nous pensons que Wagner est une menace pour la stabilité de la zone ouest-africaine et aujourd’hui nous devons considérer que cette menace-là doit être portée au niveau de la Cedeao pour qu’il y ait une position nette sur ces mercenaires dans notre espace. C’est un élément hétérogène que nous devons combattre. »

Le ministre des Affaires étrangères nigérien, Hassoumi Massaoudou, réagit à la présence potentielle de Wagner au Burkina

Dans une interview à Jeune Afrique, le 14 décembre, l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, avait pour sa part évoqué les « rumeurs » d’un déploiement de Wagner au Burkina Faso, rumeurs qui soulèvent, selon elle, de « sérieuses préoccupations ». 

Scénario malien

Depuis quelque temps, les signes de rapprochement entre le Burkina Faso et la Russie se multiplient. Comme le Mali, le Burkina Faso connaît une situation sécuritaire très dégradée. Face à la poussée des groupes jihadistes, les autorités ne contrôleraient qu’une portion réduite du territoire. 

Dans ce contexte, l’attaque du camp de Djibo, le 24 octobre dernier, au cours de laquelle plus de 10 soldats burkinabés ont été tués, a servi d’accélérateur. Selon des sources bien informées, le chef de la junte avait pris contact avec Bamako pour obtenir un appui de l’armée de l’air malienne. Et même si cet appui n’a pas eu lieu, le capitaine Traoré semblait alors avoir fait le choix de se tourner vers les mercenaires russes de Wagner.

Comme au Mali, le Burkina a connu plusieurs coups d’État et sa junte, pour se maintenir au pouvoir, a besoin de soutien. Un soutien que les mercenaires de Wagner sont prêts à offrir contre rémunération, d’où la mine d’or et la visite du Premier ministre burkinabè à Moscou évoquées par le président ghanéen.

Le basculement du Burkina dans la sphère d’influence russe est donc possible, comme cela s’est déroulé il y a un an au Mali, à cette nuance près qu’à ce jour, personne ne s’aventure à confirmer la présence effective de Wagner dans le pays. 

RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Commentaires récents

%d blogueurs aiment cette page :