vendredi, février 3, 2023
Google search engine
HomeActualitĂ©sInternationalPĂ©rou đŸ‡”đŸ‡Ș : la prĂ©sidente refuse de dĂ©missionner malgrĂ© la poursuite des...

PĂ©rou đŸ‡”đŸ‡Ș : la prĂ©sidente refuse de dĂ©missionner malgrĂ© la poursuite des manifestations

 

Alors que l’ancien prĂ©sident de gauche Pedro Castillo a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  18 mois de prison aprĂšs sa destitution, la nouvelle dirigeante Dina Boluarte a fait savoir qu’elle n’entendait pas quitter le pouvoir dans l’immĂ©diat, malgrĂ© les manifestations.

La prĂ©sidente Dina Boluarte a dĂ©clarĂ© ce 18 dĂ©cembre qu’elle resterait Ă  la tĂȘte du PĂ©rou, pays Ă©branlĂ© par des manifestations meurtriĂšres depuis la destitution et l’arrestation de son prĂ©dĂ©cesseur le 7 dĂ©cembre.

«Que rĂ©soudrait ma dĂ©mission? Nous allons rester ici, fermes, jusqu’Ă  ce que le CongrĂšs se dĂ©cide Ă  avancer les Ă©lections […] Je demande que l’on reconsidĂšre le vote [du 16 dĂ©cembre, quand le Parlement s’est prononcĂ© contre l’avancement des Ă©lections gĂ©nĂ©rales de 2026 Ă  2023]», a-t-elle plaidĂ©.

Le prĂ©sident de l’AssemblĂ©e JosĂ© Williams a dĂ©clarĂ© le 16 dĂ©cembre que le vote devait ĂȘtre reconsidĂ©rĂ© lors d’une prochaine session.

Dans un message tĂ©lĂ©visĂ© Ă  la nation, Dina Boluarte, vice-prĂ©sidente du PĂ©rou jusqu’Ă  la destitution de Pedro Castillo, a dĂ©plorĂ© les manifestations qui ont fait au moins 19 morts et 569 blessĂ©s, dont des mineurs.

Certains dĂ©cĂšs sont liĂ©s Ă  des affrontements avec des militaires, autorisĂ©s Ă  intervenir pour maintenir la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure dans le cadre de l’instauration de l’Ă©tat d’urgence pour une durĂ©e de 30 jours.

«Ce n’est que par le calme et un dialogue sincĂšre et ouvert que nous pourrons travailler […] Comment pouvons-nous nous battre entre PĂ©ruviens, gĂącher nos institutions, bloquer les routes ?», a-t-elle lancĂ©.

Elle a dénoncé la présence de «groupes violents» organisés. «Ces groupes ne sont pas apparus du jour au lendemain, ils avaient organisé tactiquement des barrages routiers», a-t-elle souligné.

Les manifestants exigent la libération du président déchu Pedro Castillo, la démission de Dina Boluarte, la dissolution du Parlement et des élections générales immédiates.

Les protestations les plus intenses ont eu lieu dans la rĂ©gion andine du sud du PĂ©rou, frappĂ©e par la pauvretĂ©, oĂč les revendications d’ordre social n’ont pas Ă©tĂ© satisfaites depuis longtemps.

Les manifestations ont Ă©clatĂ© aprĂšs l’arrestation de Pedro Castillo, dĂ©mis par le Parlement dont il avait pourtant, plus tĂŽt, ordonnĂ© la dissolution pour instaurer l’Ă©tat d’urgence.

Ancien enseignant de gauche issu d’un milieu rural et modeste, il a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© alors qu’il tentait de rejoindre l’ambassade du Mexique pour y demander l’asile.

Initialement incarcĂ©rĂ© pour sept jours, la justice a dĂ©cidĂ© le 15 dĂ©cembre qu’il resterait en prison pendant 18 mois, jusqu’en juin 2024, afin d’ĂȘtre inculpĂ© de rĂ©bellion. Il encourt une peine de dix ans de prison, selon le procureur Alcides Diaz, chargĂ© du dossier.

RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Commentaires récents

%d blogueurs aiment cette page :