février 29, 2024

Iran 🇮🇷 Un membre des Gardiens de la Révolution abattu devant son domicile à Téhéran

0

 

Selon l’agence de presse iranienne Irna, un membre des Gardiens de la RĂ©volution iraniens a Ă©tĂ© abattu «de quatre balles devant sa maison». Depuis plusieurs mois, l’Iran est secouĂ© par une vague de manifestations qui ont causĂ© des centaines de morts.

Un membre des Gardiens de la RĂ©volution iraniens a Ă©tĂ© abattu dans la soirĂ©e du 3 janvier près de son domicile Ă  TĂ©hĂ©ran, selon l’agence de presse iranienne Irna qui Ă©voque la possibilitĂ© d’un vol.

Qassam Fathollahi «a Ă©tĂ© tuĂ© après avoir Ă©tĂ© pris pour cible par des inconnus lors d’une fusillade», a indiquĂ© un communiquĂ© de la police, citĂ© le 4 janvier par l’agence. Il a Ă©tĂ© abattu «de quatre balles devant sa maison» dans le sud de TĂ©hĂ©ran, ajoute Irna.

La police «enquĂŞte sur la cause de l’incident», notant «qu’il y avait des signes de vol dans les appartements autour du lieu de l’accident».

Des centaines de morts selon les autorités

L’Iran a Ă©tĂ© secouĂ© par des manifestations et des «émeutes», selon les autoritĂ©s, depuis la mort de la jeune irano-kurde Mahsa Amini le 16 septembre après son arrestation pour violation prĂ©sumĂ©e du code vestimentaire strict imposĂ© aux femmes iraniennes.

Les responsables iraniens affirment que des centaines de personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es dans les troubles Ă  l’Ă©chelle nationale, y compris des membres des forces de sĂ©curitĂ©, et des milliers arrĂŞtĂ©es.

Le 31 dĂ©cembre, un membre du Bassidj (milices affiliĂ©es aux Gardiens de la RĂ©volution) avait par ailleurs Ă©tĂ© abattu par des «criminels armĂ©s» dans la ville centrale de Semirom oĂą des manifestants s’Ă©taient rassemblĂ©s, selon les mĂ©dias iraniens.

TĂ©hĂ©ran accuse les puissances Ă©trangères hostiles et les groupes d’opposition d’attiser les troubles. En dĂ©cembre, le gouvernement iranien a exĂ©cutĂ© deux hommes, tous deux âgĂ©s de 23 ans, qui avaient Ă©tĂ© reconnus coupables d’attaques contre les forces de sĂ©curitĂ© dans le cadre des manifestations.

Le pouvoir judiciaire a prononcé onze autres condamnations à mort, dont quatre ont été confirmées par la Cour suprême.

Laisser un commentaire